Pourquoi peut-il être si difficile de changer ?

Si nous voulons changer le comportement d'une personne, nous devons lui en donner l’envie. Nous y parvenons, non pas en lui montrant les avantages objectifs du changement, mais en lui fournissant des raisons subjectives en fonction de ses motifs ou en l'aidant à les trouver lui-même.

 

A chaque changement potentiel, une interrogation automatique a lieu - consciemment ou inconsciemment - dans le cerveau : Est-ce que le changement en vaut la peine pour moi ? Cela vaut-il la peine de changer mon comportement d'une façon ou d'une autre ? Et c'est le cas lorsque le cerveau arrive à la conclusion que l'un des motifs - social, matériel ou intrinsèque - sera très probablement satisfait par le changement, des substances dites endogènes, les opioïdes, sont alors libérées.

 

En revanche, si le cerveau arrive à la conclusion qu'aucune libération d'opioïdes ne peut être attendue du changement, il n'y a aucune volonté de changement. Ce qui est surprenant, c'est que le cerveau est sourd dans ce processus de formation de la volonté sur le canal cognitif ; les appels rationnels au changement, aussi fondés soient-ils, n'ont généralement aucune influence. La formation de la volonté de changement n'est pas un processus cognitif et intellectuel, mais un processus de motivation à 100 %.

Selon interview avec Gerahard Roth (manager seminare, Heft 251, Februar 2019), www.roth-institut.de

 

Faites vous accompagner pour initier les changements de comportements qui vous conduiront vers la performance et le succès avec ARC Innovation.